top of page
  • calacs9

La Cour suprême des États-Unis contre les femmes

Selon le Gun Violence Archive, en 2022 il y a déjà plus de 250 cas de fusillades de masse aux États-Unis. Malgré cela, le droit de détenir et de porter des armes est quand même protégé par le deuxième amendement à la Constitution des États-Unis.


Le droit d’appartenir une arme à feu, qui à toutes les années tue et blesse des milliers de gens et d’enfants est plus fondamental que le droit des femmes de décider de leur santé reproductive.


Le 24 juin 2022, la Cour suprême des États-Unis a retiré le droit des femmes et des filles de prendre leurs propres décisions sur leur corps et de choisir de mettre fin à une grossesse non désirée. Il y a déjà plusieurs États qui ont pris cette opportunité pour bannir et fermer plusieurs cliniques d’avortement.


Cette décision alarmante met en péril la santé et la sécurité des femmes. Rendre l’avortement illégal ne réduit pas le nombre d’avortements, mais seulement le nombre d’avortements sécuritaires.


Il ne s’agit pas d’être pro-vie parce que s'il s'agissait vraiment de la protection des bébés, des soins de santé universels, un congé de maternité payé seraient mis en place, et les armes à feu seraient interdites au moment où la vie d'un enfant ou de quiconque serait en danger. Il s’agit plutôt d’un contrôle, d’un abus de pouvoir et d’une violence faite aux femmes.


Lorsque la pénalité d’avoir un avortement après une agression sexuelle est plus sévère que l’agression sexuelle comme telle, une guerre contre les femmes est déclarée. Le Centre Novas est solidaire avec nos voisines américaines qui ne cessent de perdre leurs droits et leur liberté de choix.



2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page